Et un, et deux, et trois médailles d'or ! | Fédération Française de Tennis

09/08/2018

Et un, et deux, et trois médailles d'or !

Equipes de France

Après la victoire en Copa del Sol début juillet, les équipes de France garçons ont poursuivi leur moisson de médailles d'or, en remportant la Coupe Borotra et la Coupe Valério/Galéa. Un triplé historique !

Quel été doré ! Les équipes de France accumulent les titres de champions d'Europe depuis quelques semaines. Après le sacre en Beach Tennis et en Copa del Sol en juillet, deux nouveaux titres ont été obtenus par les Bleus ce mercredi 8 août : la Coupe Borotra et la Coupe Valério/Galéa. Sans compter le titre individuel de Sean Cuenin, champion d'Europe chez les 14 ans...

En s'adjugeant les trois titres des Coupes d'Europe d'été, à savoir les 14 ans et moins, les 16 ans et moins et les 18 ans et moins, la France réussit un triplé historique. Jamais dans l'histoire de ces Coupe d'Europe d'été, elle n'avait remporté ces trois médailles d'or la même année.

Et cette formidable moisson n'est peut-être pas terminée, puisque les 12 ans et moins disputent cette semaine la phase finale du Tennis Europe Challenge Nations à Biot et les Coupes du monde vont s'enchaîner. Les 14 ans et moins sont d'ailleurs déjà qualifiés pour les quarts de finale à Prostejov, en République tchèque.

C'est au Touquet que les 16 ans et moins, conduits par le capitaine Bruce Liaud, ont confirmé leur titre en Winter Cup, acquis en février. Malgré la blessure au cou de Harold Mayot, absent de la demi-finale et de la finale, les Bleuets ont donc réussi un superbe doublé. Lilian Marmousez a pris le relais de son ami aux côtés du leader Arthur Cazaux. Ce fut même un sans-faute puisque la France a gagné ses trois matches 3/0, face à la Lettonie, la Hongrie et l'Italie en finale.

Devant un public nombreux et enthousiaste, Lilian Marmousez a d'abord débordé Flavio Cobolli 6-3 6-2 puis Arthur Cazaux a conclu face à Luciano Darderi 6-2 7-6(2).

Bruce Liaud, le capitaine, avait de nombreux motifs de satisfaction : "Ca été été plus dur que lors de la Winter Cup, car nos adversaires n'avaient aucun absent sur blessure, cette fois. Nous avons tout gagné 3/0, mais Harold Mayot s'est bloqué le cou au milieu de son match en quart de finale. Il est parvenu à s'imposer mais il était "out" pour la suite. Lilian Marmousez, qui est plus loin au classement ITF mais qui va vite se rapprocher, a parfaitement pris le relais. Et Arthur Cazaux a été impeccable, y compris pendant la phase de qualifications."

"Ce n'était pas simple à gérer pour eux car au Touquet, c'était vraiment une mini Coupe Davis, avec 1300 personnes pour nous encourager en demie et en finale. L'organisation a été parfaite. L'attitude des joueurs aussi. Ce sont trois copains qui s'apprécient et ça aide. C'est une équipe rodée. Ils ont été bons et ils se sont déjà donné rendez-vous pour la coupe du monde, fin septembre."

Revivez le succès en Winter Cup

La quête de l'or a été plus longue à se dessiner chez les 18 ans. A Todi en Italie, les joueurs d'Olivier Delaitre ont dû attendre le double décisif, qui s'est achevé en soirée sur terre battue couverte en raison de la pluie, pour venir à bout de l'Espagne en finale (2/1). Hugo Gaston et Clément Tabur ont eu raison de Nicolas Alvarez Varona et de Carlos Lopez Montagud 6/4, 6/3. En demi-finales, les Bleuets avaient battu 3/0 les Italiens sur leur sol, avec Jaimee Floyd Angele aligné en double.

La France est ainsi montée sur la première marche du podium pour la troisième fois d'affilée en Coupe Valério/Galéa.

En phase qualificative à la Rochelle, les Français avaient déjà battu l'Espagne au double décisif, pour obtenir un statut de tête de série. Le capitaine Delaitre a apprécié ce succès à sa juste valeur, lui qui avait triomphé en Galéa en tant que joueur en 1987, aux côtés de Rodolphe Gilbert et de Stéphane Grenier. A l'époque, Olivier avait battu en finale le Tchécoslovaque Petr Korda...

"Les joueurs ont beaucoup ri quand ils ont vu la date sur la Coupe, s'amusait le capitaine. Ce sont évidemment des supers souvenirs pour moi, et pour eux désormais. Ces trois-là s'entendent très bien et ils ont eu une attitude parfaite. Les conditions n'étaient pas simples en Italie (à Todi). Il y a d'abord eu la canicule, puis les orages qui ont perturbé les matchs. Nous avons terminé très tard le double en finale. Un double parfaitement géré d'ailleurs, car Hugo et Clément pratiquent mieux cette discipline que les Espagnols.

"C'est juste dommage car il n'y avait plus de spectateur et les médailles ne nous ont pas été remises, regrettait un peu Olivier Delaitre. Mais la joie de Clément, Hugo et Jaimee était belle à voir. Ils le méritent. Bravo à eux !"